Soutenir Chaalis

Discover
the places

Le domaine de l’abbaye royale de Chaalis comporte plusieurs bâtiments visitables, aux côtés des ruines de l’église, du cloître et du dortoir de l’ancienne abbaye. La chapelle Sainte-Marie, dont l’intérieur est peint et décoré de magnifiques fresques de l’artiste italien Primatice, mène à la roseraie où se déroule encore chaque année les très plébiscitées Journées de la Rose. Le château-musée conserve une partie de la fabuleuse collection des Jacquemart-André : meubles, tapisseries, sculptures, tableaux, mais aussi des panneaux peints par Giotto et tant d’autres objets d’art collectés par le couple Jacquemart-André sont visibles dans la propriété de Chaalis.

Les lieux

L’Abbaye

cistercienne

Lors de la Renaissance du XIIe siècle, une nouvelle église est édifiée sous l’abbatiat de Guillaume de Donjon, le futur Saint Guillaume. Son porche en appentis s’ouvre au niveau du chevet de l’ancienne église. Les dimensions du nouvel édifice (92mx46m) sont considérables. Elles peuvent être comparées à celles d’une cathédrale.
Cette abbatiale est consacrée en 1219 par de hauts dignitaires de l’Église comme le “chancelier” frère Guérin évêque de Senlis et Foulques, évêque de Toulouse. C’est probablement la première église cistercienne de style gothique ou francilien.

Le chantier commence par l’élévation d’un chevet semi-circulaire, sans absidiole ni déambulatoire, et d’un transept dont les larges croisillons accueillent chacun sept chapelles dont quatre sont de forme hexagonale, dessinant ainsi un plan unique dans l’histoire connue du bâti religieux médiéval. Les travées de la nef sont ensuite élevées successivement.

La chapelle

sainte-marie

La chapelle Sainte-Marie fut aussi nommée « Chapelle royale » (XVIe au XXe siècle) avant de devenir « Chapelle de l’Abbé » pour quelques décennies. Elle retrouve son appellation médiévale après la restauration de 2006.
Selon la volonté de Saint-Louis, elle est édifiée dans le style du gothique rayonnant de la seconde partie du XIIIe siècle pour abriter, en 1262, les reliques d’un compagnon de saint Maurice et celles de sainte Berge. À la Renaissance, Hippolyte d’Este fait peindre à fresque l’intérieur de la chapelle. Il demande au Bolognais Primatice, surintendant des bâtiments du roi, à la fois peintre, architecte et sculpteur, de mettre en lumière le Christ rédempteur né de la Vierge Marie. Une Annonciation occupe toute la contre-façade. Sur les voûtains de la nef sont peints, les Pères de l’Église, les Apôtres et les Évangélistes et au-dessus du rond-point du chœur, les anges tenant les instruments de la Passion.
À partir de 1875, Madame de Vatry fait restaurer la chapelle par l’architecte Édouard Corroyer et les fresques par Paul Balze.

Ce dernier crée des peintures émaillées sur lave pour mettre en lumière la rosace occultée par la fresque.
En 1902, Nélie Jacquemart-André fait déposer ces laves. En 1912, selon ses dernières volontés, elle est ensevelie dans la chapelle « à Chaalis que j’ai tant aimé ». Par la suite, en 1925, l’Institut de France demande au sculpteur Denis Puech une effigie en bronze pour orner le tombeau. Dès son arrivée, Nélie Jacquemart-André avait fait déposer les laves émaillées de Paul Balze qui illuminait la chapelle Sainte-Marie. Elle les offre bientôt au curé de la paroisse voisine. Depuis 2019, elles ornent désormais la façade de l’église Saint-Saturnin de Fontaine-Chaalis.

Le Musée Jacquemart-André

de Chaalis

L’entrée sur le pignon ouest a été aménagée par madame Nélie Jacquemart-André. La Salle des moines nommée auparavant Salle de Chasse vous accueille ensuite. C’est une salle de réception où s’accumulent peintures, sculptures et objets du Moyen Âge et de la Renaissance provenant de l’Europe entière.
La structure du musée a conservé celle d’un bâtiment abbatial avec sa longue galerie, aussi longue que la Galerie des Glaces de Versailles, et ses larges pièces destinées à l’usage collectif des moines du XVIIIe siècle.

La galerie des bustes, la bibliothèque et le salon oriental ont été aménagés par Nélie Jacquemart-André avec le souci d’élaborer à Chaalis « un musée de l’abbaye des rois de France » destiné aux amateurs de l’art et à son histoire.

L’Espace Rousseau

Créé en 2012 lors des célébrations du tricentenaire de la naissance du philosophe. Une nouvelle scénographie permet de découvrir les trois fonds qui constituent la collection Rousseau de Chaalis.
Le fonds Fernand de Girardin (1857-1924) acquis par l’Institut de France en 1924. Il compte environ quatre cents objets d’art, auxquels il faut ajouter plus de cinq cents manuscrits et les six cents livres de la bibliothèque Rousseau.
Le fonds Nélie Jacquemart-André, surtout constitué de bustes et de dessins. La grande collectionneuse, très attachée à la conservation de la nature, porte une attention particulière au Désert et à la « Cabane de Rousseau ».
Le fonds M. Dehaynin, qui représente quatre cents pages du Portefeuille de Madame Louise Dupin, intègre en 1993 les collections de Chaalis.

La centrale

hydroélectrique

En 1807, un nouveau moulin à grains est édifié sur la digue de l’étang de la pêcherie. Dès 1902, Nélie Jacquemart André fait déposer la roue à aubes et installer une turbine dans un fosse, à 6m de profondeur, pour fabriquer de l’électricité. L’installation est complétée par une dynamo, une pompe et un grand tableau électrique en marbre. Dès 1904, 327 lampes électriques illuminaient le château. Abandonnée en 1962, la centrale connaît désormais une seconde vie grâce à la restauration scrupuleuse réalisée par les deux frères Fourreau.

La Roseraie

En 1807, un nouveau moulin à grains est édifié sur la digue de l’étang de la pêcherie. Dès 1902, Nélie Jacquemart André fait déposer la roue à aubes et installer une turbine dans un fosse, à 6m de profondeur, pour fabriquer de l’électricité. L’installation est complétée par une dynamo, une pompe et un grand tableau électrique en marbre. Dès 1904, 327 lampes électriques illuminaient le château. Abandonnée en 1962, la centrale connaît désormais une seconde vie grâce à la restauration scrupuleuse réalisée par les deux frères Fourreau.

La seconde abbatiale est la première église cistercienne de style gothique ou francilien. Le chantier commence par l’élévation d’un chevet semi-circulaire, sans absidiole ni déambulatoire, et d’un transept dont les larges croisillons accueillent chacun sept chapelles dont quatre sont de forme hexagonale, dessinant ainsi un plan unique dans l’histoire connue du bâti religieux médiéval.Les travées de la nef sont ensuite élevées successivement.

L’orangerie

Ce long bâtiment est construit dans la seconde partie du XIXe siècle, sur les ordres de Paméla de Vatry. La grande salle et l’ensemble des différentes pièces adjointes représentent une superficie d’environ 400m2. À noter la porte orientale s’ouvre sur toute sa hauteur pour permettre de faire passer des arbres de grande taille.

Le parc

Le parc actuel, avec ses bassins curvilignes et son canal rectiligne est situé au nord du château. Il correspond en grande partie au jardin aménagé au XVIIIe siècle. Il est organisé selon l’axe du château et se termine par un « Haha », une ouverture, qui laisse la vue se prolonger sans entrave vers les champs et les bois. À la fin du XIXe siècle, le prince Murat lui donne la rigueur d’un jardin « à la française ».

L’Abbaye

cistercienne

Lors de la Renaissance du XIIe siècle, une nouvelle église est édifiée sous l’abbatiat de Guillaume de Donjon, le futur Saint Guillaume. Son porche en appentis s’ouvre au niveau du chevet de l’ancienne église. Les dimensions du nouvel édifice (92mx46m) sont considérables. Elles peuvent être comparées à celles d’une cathédrale.
Cette abbatiale est consacrée en 1219 par de hauts dignitaires de l’Église comme le “chancelier” frère Guérin évêque de Senlis et Foulques, évêque de Toulouse. C’est probablement la première église cistercienne de style gothique ou francilien.

Le chantier commence par l’élévation d’un chevet semi-circulaire, sans absidiole ni déambulatoire, et d’un transept dont les larges croisillons accueillent chacun sept chapelles dont quatre sont de forme hexagonale, dessinant ainsi un plan unique dans l’histoire connue du bâti religieux médiéval. Les travées de la nef sont ensuite élevées successivement.

Intéressé(e) par une visite ou une location ?

Scroll to Top

L’Abbaye cistercienne

La chapelle Sainte-Marie

Le Musée Jacquemart-André de Chaalis

L’Espace Rousseau

La centrale hydroélectrique

La Roseraie

L’orangerie

Le parc

Call for the current application

Fondation écologie d'avenir

Call for projects for three grants from

4 March 2020

Call for the current application

Fondation Khöra

Prix Khôra-Institut de France

27 March 2020

Call for the current application

Fondation collecte caillat

Prix Colette Caillat en études indiennes

1 April 2020

Call for the current application

Fondation collecte caillat

Journées de la rose 2019

From 7 June 2020 to 10 June 2020
Les Journées de la Rose 2019 ont eu pour parrain Stéphane Bern et ont mis à l’honneur les roses dans l’histoire. L’événement était aussi l’occasion de découvrir cette abbaye cistercienne, fondée par Louis VI le Gros au XIIe siècle, ancienne demeure de Nélie Jacquemart-André, où elle fit exposer une grande partie de sa collection d’objets d’art constituée lors de ses nombreux voyages. Haut lieu du romantisme, le Domaine de Chaalis a accueilli des écrivains tels que Théophile Gauthier, Gérard de Nerval ou encore Jean-Jacques Rousseau, inspirés par l’histoire et la beauté du lieu. Le parrain de l’édition rose d’histoire Stéphane Bern était le parrain de la 18e édition des Journées de la Rose : « Je remercie l’Institut de France de m’avoir proposé d’être le parrain de cette 18e édition des Journées de la Rose. Les liens qui m’unissent à cette illustre institution qui abrite la Fondation Stéphane Bern pour l’histoire et le patrimoine que j’ai créée il y a trois ans font que je pouvais difficilement refuser cet honneur. La tradition veut que le parrain de ces Journées donne à une rose son nom. Or la rose Stéphane Bern existe déjà ! Voilà pourquoi la rose 2019 sera la rose Mission patrimoine ! Elle symbolisera la passion d’une femme, Nélie Jacquemart, pour les arts et les artistes, elle qui acquit ce lieu afin d’y entreposer les œuvres que son goût des belles choses lui avait fait collectionner. Elle symbolisera l’amour du patrimoine que, par mon travail, mes activités audiovisuelles, mes ouvrages et ma Fondation, je tente de transmettre. Elle symbolisera enfin la sauvegarde d’un patrimoine précieux dont l’Institut de France est le dépositaire et le garant : le Château de Chantilly voisin, le musée Jacquemart-André à Paris, la villa Kerylos à Beaulieu-sur-mer.

DOWNLOAD THE REGULATIONS

Call for the current application

Fondation collecte caillat

Journées de la rose 2020

From 12 June 2020 to 14 June 2020

Nous avons longtemps espéré pouvoir maintenir le rendez-vous annuel des Journées de la Rose au Domaine de Chaalis, mais pour des raisons évidentes, que vous connaissez, le maintien d’un tel événement rassemblant chaque année près de 10 000 personnes n’a pas été possible. L’Edition 2020 des Journées de la Rose a donc dû être annulée. Une pensée particulière envers tous les exposants, partenaires et bénévoles qui, une fois encore cette année, avaient fait part de tout leur enthousiasme, de toute leur énergie, de leur bienveillance et de leur créativité pour redoubler d’idées et de projets pour cette édition autour de la rose du futur.
Un grand merci également à nos fidèles visiteurs et passionnés de roses et de jardins qui nous encouragent, au quotidien par leurs messages, et par leur présence chaque année.
Nous profitons de ce message pour adresser notre soutien et tous nos remerciements à tous les soignants, bénévoles, acteurs engagés qui participent à la lutte contre le Covid19.
À tous, nous vous donnons rendez-vous en 2021 pour une édition d’exception où nous célébrerons ensemble les 20 ans des Journées de la Rose.
Encore une fois, merci pour tout et retrouvons-nous l’année prochaine pour célébrer ensemble la reine des fleurs.



DOWNLOAD THE REGULATIONS

Call for the current application

Fondation collecte caillat

Lorem Ipsum dolar samet Appel à candidature

1 August 2020